Archives

Le samedi 17 mars à 17 h 30 heures à la médiathèque de Clichy
L'Ardeur, récital de poésie dans le cadre du printemps des poètes, avec Sophie Bourel accompagnée de Karim Touré

Le 10 mars à 11 Heures - MPAA Broussais, 100 rue Didot Paris 14
Publié en 1956, le recueil Les Indes constitue à n’en pas douter le socle essentiel de l’oeuvre poétique de Glissant.
Les Indes s’adressent à chacun d’entre nous, raconte l’origine d’un monde qui est nôtre et réveille la trace et les traumatismes enfouis, qui constituent le socle de notre relation au monde.[...]
"Lorsqu’Edouard Glissant me reçut chez lui pour la première fois, parce que je lui avais demandé de m’entendre dire Les Indes, il a poussé les piles de livres et de papiers de sa table de travail pour m’inviter à m’y installer, il m’a dit « je vous écoute » et j’ai plongé toute entière." Sophie Bourel.

Le Jeudi 8 mars à 19 heures - Maison de la poésie Paris.
Un peu plus d’un an après la magnifique soirée de solidarité à la Maison de la poésie en décembre 2016, nous accueillons Aslı Erdoğan un 8 mars, Journée internationale des droits des femmes.Symbole de la résistance à l’oppression en Turquie, couronnée d’une dizaine de prix, Aslı Erdoğan est femme de lettres et c’est à ce titre que nous lui proposons de nous guider pour une traversée de son oeuvre. Son dernier livre, « L’homme-coquillage » sortira en mars chez Actes Sud. Ce roman des Caraïbes nous offre les clés de son imaginaire.

Le Samedi 20 janvier à 17H00 - Théâtre de l'Odéon à Paris.
En écho à Cent ans de poésie en Guadeloupe : une anthologie 1911 - 2017 de Gérard Lamoureux, avant-propos de Roger Little, paru aux Éditions Long Cours en octobre 2017.
Daniel Maximin, Max Rippon et Max Jeanne dialoguent avec Christian Tortel. Lectures par Sophie Bourel.
Dans le cadre du festival des outre-mers.

Jeudi 11 janvier à 20H00 et Vendredi 12 Janvier à 9h30
A cette occasion Sophie Bourel dira le Poème épique « Les Indes » d’Edouard Glissant dans un espace sonore de Karim Touré (production : Compagnie théâtrale La Minutieuse).
C'est un moment inégalable de transmission, qui garantit la pérennité de la mémoire du crime de l'esclavage à travers les générations.
Les deux séances sont programmées dans le cadre de l'année France Colombie et de l'exposition temporaire « La Caraïbe : Solitudes et relation ».

Pages